C'est fait. Dans l'affaire des missiles nord-coréens, l'AFP annonce dans cette dépêche le vote d'une résolution du Conseil de Sécurité de l'ONU. Mais nous restons au point mort.

A titre introductif, rappelons que les résolutions du Conseil de Sécurité de l'ONU ('CdS') sont des décisions prises par l'ensemble des 15 membres, dont les 5 permanents. Celle-ci est contraignante, ce qui signifie qu'elle a force obligatoire.

Cette résolution exige de la Corée du Nord qu'elle cesse ses activités belliqueuses et a été adoptée à l'unanimité, signe que tout le monde est d'accord par définition. La Corée s'en moque et la rejette. A bon droit? certainement pas! Mais, comme c'est toujours le cas en droit international, vous ne pouvez pas appeler la police pour forcer la Corée à respecter ses obligations. Seuls des moyens de pression politiques sont de mises, voir des moyens économiques et militaires. Toutefois, le CdS ne s'est pas donné les moyens, dans cette résolution, de prendre des mesures.

Il s'est contenté d'adopter une résolution qui 'constate' l'illicéité des actes nord coréens, et exige qu'ils cessent. Il n'a nullement mentionné le fameux chapitre VII de la Charte des Nations Unies ('La Charte'), ce qui ne lui permet pas de prendre les mesures évoquées plus haut. C'est d'ailleurs pour ça que la Chine et la Russie ont accepté la résolution ;-)

Le CdS 'reste saisi de l'affaire', ceci voulant dire qu'il peut prendre d'autres résolutions, éventuellement plus radicales, si la Corée du Nord persiste à refuser toute conformation au droit.

Nous restons donc au point mort: tout le monde exige que la Corée du Nord cesse, elle n'en fait rien et rien n'a changé avec cette résolution. Cependant, les 'Etats ont parlé d'une seule voix' (l'unanimité) et ça, c'est beau! A croire que personne n'est au courant des tensions entre chinois, russes, américains et japonais... Si le Conseil avait vraiment parlé d'une seule voix, il aurait parlé 10 jours plus tôt.