Du moins c'est ce que l'on espère! On rappelle que l'individu, libéré sous caution, s'était réfugié en France, sa terre promise, rendant ainsi son extradition impossible (la France, comme de nombreux pays, n'extrade pas ses ressortissants).

Peut-être trop rassuré par l'éclat de sa bonne étoile, l'intéressé, recherché, responsable de la faillite de Servette et débiteur des joueurs lésés par sa gestion, s'en va pour Séville, en Espagne. Là, probablement repéré par un détective privé, il est arrêté et l'Espagne ordonne son extradition. Il est amusant de noter que les raisons de santé empêchent notre Caliméro de répondre aux convocations du juge d'instruction, mais pas d'aller voir des matchs de foot chez les Ibères.

Naturellement, l'intéressé estime valoir mieux que le commun des mortels et dénonce en pleurnichant les conditions de vie à Champ-Dollon. On le lui accorde volontiers ; il n'en demeure pas moins qu'une vie honnête restait le meilleur moyen de ne pas être confronté (et encore moins logé) au centre de détention en cause. Dès lors, des médecins, dont on ignore s'ils sont compatissants ou professionnels, fournissent des certificats médicaux attestant l'incapacité du pauvre Marc Roger à supporter l'avion. Petite nature, va.

Naturellement, la seule voie restante s'incarnait dans un bateau, puisque le train ou la voiture, obligés de passer par la Gaule, auraient permis à l'infortuné de s'opposer à son extradition. Arrivé à Genève, puis au Palais de Justice, Marc Roger, l'homme qui n'a pas froid aux yeux, s'en prend au juge faisant état d'une mauvaise foi olympique (tdg.ch).

Relevons au passage que si c'est le football qui a mis le sieur Roger dans cette situation, c'est encore le football qui l'y ramène. Peut-être devrait-il considérer un changement d'orientation... Maçon peut-être?

La plaisanterie semble toucher à sa fin. Si des joueurs ont été lésés par un manque de scrupules de Marc Roger, ils doivent être indemnisé et l'auteur doit être condamné, comme tout le monde.

Participer?
- Que pensez-vous de l'affaire?
- Accepteriez-vous l'extradition à la place de Marc Roger?