Le programme politique de la Conseillère fédérale UDC vient d'être publié sur admin.ch. Le détail, avec quelques commentaires et liens, ci-dessous.

Berne, 11.04.2008 - 100 jours après son entrée en fonction, la conseillère fédéral Eveline Widmer-Schlumpf a présenté aujourd'hui, à Berne, ses objectifs et ses priorités pour la législature 2008 - 2011. Outre le renforcement de la place économique suisse et de la cohésion sociale, la cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP) entend s'engager avant tout pour garantir la sécurité en Suisse.
Pendant la législature 2008 - 2011, la garantie de la sécurité intérieure et la lutte contre la criminalité auront une priorité élevée pour Mme Widmer-Schlumpf. Elle entend notamment s'attaquer aux problèmes de la criminalité des étrangers et de la violence des jeunes. A cet effet, le DFJP présente des mesures concrètes dans un rapport intitulé " Violence des jeunes " (PDF/Fr) (A noter aussi la page consacrée à la question sur le site du DFJP), qu'il publie aujourd'hui. La ministre de la justice veut par ailleurs s'engager pour que les bases légales existantes soient appliquées avec fermeté. Il s'agit notamment d'harmoniser la pratique en matière de renvoi d'étrangers criminels.



Là où des lacunes subsistent, elle cherchera des solutions appropriées en collaboration avec les directeurs cantonaux de justice et police.

Au vu de l'augmentation du crime organisé et de l'accroissement de la délinquance itinérante, la cheffe du DFJP souhaite promouvoir la coopération internationale en matière de sécurité. Une attention particulière sera aussi accordée à la mise en oeuvre et au développement de Schengen/Dublin.

Durant les quatre ans à venir, le renforcement de la place économique suisse sera également un objectif important pour Mme Widmer-Schlumpf, qui se concentrera sur la reconduction de l'accord sur la libre circulation des personnes et sur son extension à la Bulgarie et à la Roumanie.
Ce dossier est essentiel pour le développement de l'économie suisse.

Dans le domaine du droit des sociétés, Mme Widmer-Schlumpf veut poursuivre la révision totale du droit de la société anonyme et du droit comptable. Ce projet consolide la position des actionnaires en tant que propriétaires de la société. Il constitue aussi un outil efficace pour prévenir les excès en matière salariale en donnant aux actionnaires le droit d'obtenir des renseignements sur le montant des indemnités perçues par les membres de la haute direction. Sur ce point, le projet répond aussi aux exigences de l'initiative populaire contre les rémunérations abusives (ce blog a commenté l'initiative en question, notamment ses problèmes majeurs: Deux initiatives populaires fédérales aboutissent: salaires et environnement (Fr)).

Avec la sécurité et le renforcement de la place économique suisse, le renforcement de la cohésion sociale sera la troisième priorité du mandat de Mme Widmer-Schlumpf.
Dans ce contexte, la cheffe du DFJP entend proposer une révision de la loi sur l'asile visant à ce que les personnes qui font valoir le refus de servir ou la désertion comme unique motif d'asile ne se voient plus reconnaître le statut de réfugié. Les abus du droit d'asile devraient également être sanctionnés pénalement.

La cohabitation pacifique des autochtones et des étrangers nécessite une politique d'intégration ambitieuse. Favoriser l'intégration, mais aussi l'exiger : c'est dans cette optique que devront être mises en oeuvre les 45 mesures que le Conseil fédéral a adoptées l'an dernier et que les divers départements fédéraux devront concrétiser, cette année encore, de manière coordonnée, sous la houlette de l'Office fédéral des migrations.


Au cours de son mandat, Mme Widmer-Schlumpf empoignera d'autres dossiers importants relevant de la politique sociale, comme l'ordonnance sur le placement d'enfants (RS 221.222.338) et l'assistance au décès.
En tant que femme politique d'un parti bourgeois, Mme Widmer-Schlumpf entend également apporter une contribution à l'assainissement des finances fédérales en ne perdant jamais de vue les coûts de la politique qu'elle mènera.