Un des commentateurs les plus dangereux de ce blog, Contra, posa la question dans ce billet de savoir ce qu'il adviendrait du détenu de Guantanamo lorsqu'il arrivera à Genève. "Dangereux" signifie simplement que les commentaires postés par Contra sont capables de mettre le doigt sur LE petit élément qui ne s'intègre pas parfaitement dans le puzzle, causant une déformation de l'image. Bref, trêve de compliments, la question est adressée aux lecteurs:
On apprend par Amnesty international qu'un détenu de Guantanamo va être transéféré à Genève, quand bien même il avait été jugé trop dangereux pas les autorités baloises.

Cela étant, d'un pur point de vue juridique, nous avons une personne soupçonnée d'avoir participé à des actes terroristes et qui n'a toujours pas été jugé par une autorité judiciaire indépendante pour ces crimes allégués .... il bénéficie donc de la présomption d'innocence et, surtout, d'un droit à être jugé et de son corolaire: l'obligation pour son État de résidence de le remettre au juge compétent ou de le juger.

Que se passera-t-il dès lors à son arrivée à Genève ?

- Va-t-il être jugé ? (par quelle autorité, sur quelle base et avec quels moyens d'enquête ?)

- Va-t-il être placé en détention avant jugement ? (quelques détenus libérés précédemment en Europe ont "disparu")

- Va-t-il être amnistié ? (sans jugement, ce serait une première ;o) )

En gros, Amnesty lui promet bonheur, encouragements et soins psycho-sociaux... mais ne doit-il avant tout pas s'attendre à de nouvelles échéances judiciaires, dans un canton connu pour incarcérer préventivement ;o)

Quid ?

Après tout, depuis le 1er janvier 2008, le législateur a clairement exprimé son souhait que nul ne puisse échapper à un jugement, pas même une personne en quête d'asile (cf. art. 4 OA 3 / nouvelle partie générale du CP)
Et donc... Qu'en pensent les lecteurs?