Soignez vous par les huiles essentielles

Je ne réponds pas aux mails, merci. 
articles
réactions
- - 27.11.2007 | 1 réactions | #link | rss
Certaines de ces douleurs peuvent se soigner grâce aux huiles essentielles par application locale. Les huiles essentielles qui montrent une amélioration sont:

Lavande vraie
Géranium rosat
Arbre à thé
Eucalyptus
Bergamote.

Il suffit d'appliquer 2 à 4 fois par jour, une ou deux goutte du mélange de ces huiles essentielles. Les études cliniques ont été effectuées pour un médicament composé de ces huiles essentielle. Elles montrent que le mélange a une efficacité de 70 %, ce qui mieux que le placebo.
- - 27.11.2007 | 0 réactions | #link | rss
Les effets carminatifs de l'huile essentielle de menthe poivrée et de fenouil sont cliniquement liés à l'expulsion de gaz intestinaux. Une hypothèse est que l'huile essentielle casse la mousse présente dans la lumière intestinale. En plus, ces huiles essentielles relaxent et anesthésient légèrement l'intestin. L'effet anesthésiant est dû à un changement dans les membranes des cellules sensorielles. L'effet relaxant musculaire, lui, est lié à l'inhibition de l'entrée de calcium dans les cellules.

Référence:

Holt, Stephen, Igor Muntyan, Larisa Likver. Essential Oils Smooth
Gastric Functioning. Alternative & Complementary Therapies,
January/February 1996, pp. 46-50.
- - 27.11.2007 | 0 réactions | #link | rss
L'huile essentielle de lavande vraie (Lavandula angustifolia) a des effets apaisant et favorise le sommeil, surtout chez les personnes agées. Elle contient du linalol et de l'acétate de linalyl qui sont, spasmolytiques, en augmentant l'AMPc intracellulaire. Mais, le mécanisme précis n'a pas encore été complètement élucidé.
Cette huile essentielle est également très efficace lors de brûlures. Il suffit d'appliquer quelques gouttes sur la brûlure et la douleur disparaît rapidement.

Référence:

Lis-Balchin, A and Hart, S. Studies on the Modes of Action of the Essential Oil of Lavender (Lavandula angustifolia P. Miller). Phytotherapy Research. 1999, Vol. 13:540-542.
- - 26.11.2007 | 0 réactions | #link | rss
La quantité d'huile essentielle généralement prescrite par voie orale est de 30 à 120 mg par prise 3 à 4 fois par jour. Pour les enfants (2-3 ans à 12 ans) et les personnes âgées (plus de 60 ans), les doses seront diminuées de moitié.
Il faut faire particulièrement attention aux huiles essentielles contenant des cétones, qui sont, à doses relativement faibles, neurotoxiques. Il est conseillé de ne pas dépasser une durée de traitement de 2 semaines avec au maximum 75 mg 3 fois par jour.
Pour les monoterpènes types pinènes, il est important de ne pas en prendre sur de longues périodes à cause de leur hépatotoxicité ou de faire des pauses de 7 jours toutes les 4 semaines.
A part les cétones, les autres molécules contenues dans les huiles essentielles ne sont pas accumulées dans l'organisme. Mais elles peuvent avoir des demi-vies plus ou moins longues (thymol 10h, alpha pinène 6 h, 1,8-cinéol 4h) et les variations interindividuelles sont importantes (jusqu'à 10 fois!)
- - 23.11.2007 | 0 réactions | #link | rss
On ne sait pas avec précision pourquoi les huiles essentielles, contrairement aux antibiotiques ne déstabilisent pas la flore bactérienne endogène. Cependant, plusieurs hypothèses sont possibles.

1. Les quantités d'huiles essentielles normalement prise lors de traitement sont inférieures aux doses toxiques pour la flore intestinale. Par exemple, avec des fortes concentrations de limonène (plus de 8 g / jours), des effets gastro-intestinaux se font sentir [1]

2. Les huiles essentielles sont composées de molécules très lipophiles. Etant très lipophiles et de bas poids moléculaire, elles s'absorbent donc rapidement à travers les parois intestinales et même gastriques pour atteindre rapidement la circulation sanguine. De ce fait, les perturbations de la flore intestinale seraient moindres. De plus lorsqu'elles sont dans le sang, ces molécules sont libérées par les transporteurs sanguins aux endroits d'infection ou d'inflammation [1], ce qui évite que de grandes concentrations atteignent l'intestin.

Bibliographie

[1] Phase I and pharmacokinetic study of D-limonene in patients with advanced cancer. Vigushin, David M.; Poon, Grace K.; Boddy, Alan; English, Jacqueline; Halbert, Gavin W.; Pagonis, Christos; Jarman, Michael; Coombes, R. Charles. Cancer Chemotherapy and Pharmacology (1998), 42(2), 111-117.
- - 23.11.2007 | 0 réactions | #link | rss
L'acné modérée peut se traiter en partie avec les huiles essentielles. En effet, une étude a été effectuée avec l'huile essentielle d'arbre à thé (Melaleuca alternifolia) diluée à 5 % en comparaison avec du peroxyde de benzyle (médecine classique; Acnéfuge®, EFFACNE®,...).
Il s'est avéré que sur 124 patients, les résultats d'efficacité étaient comparables avec pour seule différence que l'effet chez les patients traités avec l'huile essentielle était un petit peu moins rapide. L'avantage de l'huile essentielle de Melaleuca est qu'elle provoque moins d'effets indésirables.[1]

Bibliographie

[1] A comparative study of tea-tree oil versus benzoylperoxide in the treatment of acne. Bassett I B; Pannowitz D L; Barnetson R S The Medical journal of Australia (1990), 153(8), 455-8.
- - 20.11.2007 | 0 réactions | #link | rss
Bonjour,

Au 7ème Symposium international d'aromathérapie et plantes médicinales de Grasse a été mis en lumière les merveilleuses propriétés du saro.
Cette huile essentielle est riche en 1,8-cinéole mais est également composée de linalol, alpha-terpinéol, terpinène-4-ol et paracymène entre autres.
Elle est très efficace comme antalgique, antispasmodique, anti-inflammatoire et en plus comme inductrice de sommeil.

Il serait vraiment dommage de s'en priver!
- - 20.11.2007 | 0 réactions | #link | rss
Les huiles essentielles permettent de soutenir les traitements médicamenteux des hépatites voir de les guérir en monothérapie pour certains cas d'hépatite B.

Pour le traitement des hépatites, des huiles essentielles antivirales et régénératrices hépatocellulaires peuvent être utilisées, comme le ledon du Groenland, les graines de carottes, le laurier, ou encore l'immortelle italienne.

Pour plus de détails, consulter: "Intérêt de l'aromathérapie dans la prise en charge des hépatites virales" Par A.-M. Giraud-Robert. Dans Phytothérapie (2005) no 6 pp 233-247 (Springer)
- - 17.11.2007 | 0 réactions | #link | rss
Des taux trop élevés de cholestérol peuvent être néfastes pour la santé car ils engendrent des maladies cardio-vasculaires.

Les huiles essentielles peuvent être efficaces pour faire baisser des taux trop élevés de cholestérol. Il a été prouvé par une étude clinique (randomisée et en double aveugle) chez des patients ayant eu un ou des accidents cardiaques, que la prise pendant 6 mois de 15 mg d'huile essentielle d'ail réduit le cholestérol et les LDL d'environ 20 % et augmente le taux de HDL (bon cholestérol) de 40 %. Tandis que le placebo n'a pas d'effet à long terme.[1]

Une autre étude clinique avec du lemongrass (140 mg/j) a montré que la moitié des patients testés ont eu une réduction de 12 % de leur taux de cholestérol tandis que l'autre moitié n'a pas eu de changement significatif.[2]


Bibliographie:

[1] Effect of garlic on blood lipids in patients with coronary heart disease. Bordia A The American journal of clinical nutrition (1981), 34(10), 2100-3.

[2] Impact of lemongrass oil, an essential oil, on serum cholesterol. Elson, C. E.; Underbakke, G. L.; Hanson, P.; Shrago, E.; Wainberg, R. H.; Qureshi, A. A. Lipids (1989), 24(8), 677-9.
- - 17.11.2007 | 3 réactions | #link | rss
L'huile essentielle de menthe poivrée (200 mg) en gélule gastro-résistante résout ce problème chez 80 % de la population contre 30 % pour le placebo. De plus, l'huile essentielle est très bien tolérée et ne provoque pas d'effets secondaires. Deux études cliniques sur 84 patients le prouvent.[1], [2]

Attention, l'huile essentielle de menthe poivrée est réservée aux adultes et aux enfants de plus de 3 ans. Sinon, il y a un risque d'apnée.

Bibliographie

[1] Enteric-coated, pH-dependent peppermint oil capsules for the treatment of irritable bowel syndrome in children. Kline R M; Kline J J; Di Palma J; Barbero G J. The Journal of pediatrics (2001), 138(1), 125-8.

[2] Enteric-coated peppermint-oil capsules in the treatment of irritable bowel syndrome: a prospective, randomized trial. Liu J H; Chen G H; Yeh H Z; Huang C K; Poon S K. Journal of gastroenterology (1997), 32(6), 765-8.
FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch