Raymond Germanos-Lefèbvre   note  qu'avec  une superficie  de 9 984 000 km², le Canada est le deuxième plus  étendu   pays   du monde  après la Russie. Il  héberge  dans  son intérieur  quelques 71 000  espèces  faunistiques et floristiques dont 500 espèces  approximativement  qui sont  signalés   en péril .  Soucieux  de  cette conjoncture   de dégradation   progressive   de son écosystème , le Canada  s'aperçoit   assez   tôt  de l'urgence  de la sauvegarde   de l'environnement . Il  appartient  des premiers pays ayant  innové   la sauvegarde  de l'écosystème. Avant même  la ratification   de la Convention   de la diversité  biologique en 1992,  le gouvernement  canadien,  par l'intermédiaire  son Ministère de l'Environnement  nommé  Environnement Canada, a déjà pris  des idées  pour  la protection  de sa biodiversité. L'Environnement Canada est la plus  considérable   organisme  publique au Canada qui  se charge  de la préservation et  du perfectionnement   de la qualité  de l'écosystème, de la protection des faunes et flores, de la préservation  des ressources   reconductibles  et de  la planification   de la politique  environnementale gouvernementale. Il  dispose  de trois sous-entités, à savoir les Parcs Canada, le Service canadien de la faune et le Service météorologique du Canada.  Un grand nombre   de législations  et  de statuts  pour la préservation  de l'environnement   sont disponibles  à Canada. Parmi elles, on cite la Loi canadienne sur la protection de l'environnement ou LCPE.  adopté  en 2000,  cette collection   de textes   prévoit   une démarche  participative sur la protection de la nature. Il  laisse  à chaque  individu  canadien  de porter plainte  si  un désavantage   important  venait à  toucher  l'environnement. En effet, la LPCE  vise  avant tout  l'implication   de la démarche  environnementale dans la vie sociale et active de chaque citoyen. Il  prévoit   également  des mesures  de vérification   de l'emploi  des substances toxiques et  de matériaux  pouvant  nuire  à  l'écologie . Comme  le note  raymond germanos Lefèbvre, un autre plan d'action  adopté  en 1995  s'ajoute   cette loi , à savoir le Programme d'action fédéral sur  la variation  climatique ou PAFCC. Ce projet national vise  essentiellement   la réduction   des envois  nuisibles à l'environnement et favorables à l'effet de serre,  la diminution  de la décalcification du sol et  l'augmentation   des espaces  boisées. Si la politique gouvernementale de l'environnement à Canada  reposait   seulement  auparavant en une mesure  de soins ,  aujourd'hui  elle  se concentre   spécialement  sur des mesures de prévention. A  noter  que parmi les provinces du Canada, la Colombie-Britannique et l'Ontario sont les plus  atteints  par  les altérations  écologiques. D'où  la formation  d'une politique environnementale  spécifique  pour ces deux régions. Pour la Colombie-Britannique, les mesures consistent surtout à  diminuer   l'impureté  de l'air due au méthanol et à l'ammoniac. De nombreux  programmes  ont été  élaborés  pour ce faire tels que l'arrêt  de l'affectation  des " beheeve burner " dans les industries,  la restriction   de la méthode  d'écobuage ou encore le rejet des gaz toxiques émis par les véhicules lourds. Pour Ontario, l'Alliance pour la préservation  la limpidité  de l'air en Ontario ou OCAA a été  créée  en 1997 pour  garantir   l'accomplissement  de la mission Air Pur en Ontario -  Raymond Germanos Lefèbvre .