" Ultimatum, amertume et vengeance " tel pourrait être le titre du feuilleton pathétique auquel se livre l'UDC ces dernières semaines envers Mme Widmer-Schlumpf démocratiquement élue.


Depuis le 12 décembre, la pilule est amère pour ceux qui se croyaient intouchable. Aujourd'hui, non seulement de jouer dans l'opposition (ce qui nous change pas beaucoup de l'ordinaire), ce parti veut des têtes afin d'assouvir leur soif de vengeance en commençant par celle de la ministre UDC qui les aurait trahis. N'est-ce pas stupide de penser qu'elle ait pu comploter avec des socialistes par soif de pouvoir et de carrière personnelle au détriment du " grand " Blocher ?



Ce mobbing politique et ces pressions insupportables envers Mme Widmer-Schlumpf sont à regretter et indignes de la part de l'UDC. Ces insultes constantes mettent en danger le lien que pouvait avoir jusqu'à aujourd'hui nos Conseillers fédéraux avec la population suisse et remettent en question leurs apparitions publiques. Après avoir tenté de monter les cultures les unes contre les autres, les Suisses contre les étrangers, serait-il venu le temps de s'attaquer d'une telle manière à nos magistrats fédéraux par simple amertume ?

Les compétences de notre Conseillère fédérale sont reconnues au delà des frontières grisonnes et je reste persuadé qu'elle saura mener à bien les tâches que nos représentants fédéraux lui ont confiées le 12 décembre dernier. N'en déplaise à certains ! S'il y a bien un domaine dans lequel elle pourrait prendre exemple sur son prédécesseur, c'est de résister face aux intimidations et à tous ceux qui tentent de l'isoler à tout pris. Je suis loin d'être UDC mais elle aura le soutien d'un citoyen engagé.


Michaël Hugon
Président des Jeunes Libéraux-Radicaux
Valaisans, Martigny