27 juin 2008 - CHARLES MÉROZ (Le Nouvelliste)

JEUNESSES POLITIQUES
Les responsables des cinq principaux courants valaisans se sont assis autour d'une même table. Pour trouver des clefs afin d'assurer l'avenir énergétique du canton.


Grégory Logean (JUDC), Yannick Buttet (JDCVR), Pascale Sarrasin (JVert), Mathias Reynard (JSVR), Michaël Hugon (Jeunes Libéraux-Radicaux Valaisans)

L'avenir énergétique du Valais à travers les moyens susceptibles d'être mis en oeuvre pour faire face aux difficultés futures a éveillé les consciences des Jeunesses politiques du canton. A un point tel que les président(e)s des cinq principales formations du Valais romand (jeunes libéraux-radicaux, jeunes Verts, jeunes UDC, jeunesses socialistes et jeunes démocrates-chrétiens) ont décidé de s'asseoir autour d'une même table en faisant fi de toute idéologie partisane. Objectif de l'exercice: la mise en commun des idées en vue de l'émission d'un catalogue de treize propositions concrètes (voir encadré) en termes de consommation énergétique des bâtiments, de mobilité et d'approvisionnement en énergie.

Cette démarche inédite sous nos latitudes - "salutaire", pour reprendre le terme utilisé par la présidente des jeunes Verts valaisans Pascale Sarrasin Bruchez - a été officiellement présentée hier à Sion. Les discussions tenues au début juin à l'enseigne de la première "Rencontre Supersaxo" se sont déroulées "dans un esprit d'écoute et de dialogue, au-delà des clivages et de toute appartenance politique", selon les responsables. "On peut parler d'une vision et d'un combat communs", a ainsi lancé hier Yannick Buttet, président des JDCVR. "Notre but, c'est aller de l'avant", a surenchéri Mathias Reynard, des jeunesses socialistes, alors que Grégory Logean, président des JUDCVR, a insisté sur la notion de "dénominateur commun", appliquée dans une large mesure pour avancer dans les discussions.

"Dialoguer, argumenter, convaincre"
Président des jeunes libéraux-radicaux, Michael Hugon a reconnu que les débats ont parfois été nourris: "Nous avons dû dialoguer, argumenter, convaincre, découvrir le dénominateur commun aux cinq formations politiques, annuler certaines propositions sur lesquelles nous n'avions pas réussi à nous mettre d'accord."

Responsable des jeunesses socialistes, Mathias Reynard a pour sa part insisté sur le fait que "nous ne proposons pas de projets révolutionnaires. Nos mesures sont concrètes, immédiatement applicables, indispensables pour assurer l'avenir énergétique du Valais." De son côté, Grégory Logean, des JUDCVR, a rompu une lance en faveur d'une extension des ressources hydrauliques dont dispose la Suisse et le Valais en particulier, insistant au passage - un peu trop d'ailleurs - sur le projet de l'aqueduc du Rhône défendu bec et ongles par l'UDC au Grand Conseil valaisan. Au nom des jeunes Verts valaisans, Pascale Sarrasin Bruchez a rappelé l'importance "d'une réflexion sur la façon de gérer au mieux les questions énergétiques. La démarche menée par les Jeunesses valaisannes va tout à fait dans ce sens."

Enfin, pour le président des JDCVR, "ces propositions permettront de limiter la pollution sous différentes formes et, ainsi, de protéger au mieux la santé de chacun". Yannick Buttet, encore et en guise de conclusion: "Nous avons osé l'unité pour lancer le mouvement. Espérons que nos aînés poursuivent dans cette direction avant de faire resurgir leurs divergences!"