Conseiller municipal de Martigny en charge de la Culture, Tourisme & Intégration

HUGON MICHAEL

 

 

articles
réactions
Michael Hugon - 29.08.2014 | 0 réactions | #link | rss

Le festival des Cinq Continents reviendra en 2015 mais réduira nettement la voilure. Le budget passera ainsi de 600

Après avoir été couronné de succès pendant 20 ans, le Fes tival des Cinq Continents s'est retrouvé en péril suite à l'édition déficitaire de 2013. Quant au week-end de soutien mis sur pied en juin dernier, il n'a guère suscité d'intérêt. Le comité d'organisation a donc été contraint de revoir sa copie reconnaît Mads Olesen, coordinateur de la manifestation: "Nous avons dû, sous l'impulsion du Conseil municipal, repositionner le festival. Si sa raison d'être n'est pas mise en cause, son organisation va être revue en profondeur. Nous avons élaboré un nouveau concept qui vient d'être accepté par l'exécutif martignerain ainsi que par le comité de l'association. Il sera peaufiné d'ici la prochaine édition, d'ores et déjà programmée les 19 et 20 juin 2015. En résumé, il s'agit d'un retour à l'ancienne formule, mais avec une nette réduction de la voilure."

Un budget divisé par deux

Afin de minimiser les risques financiers, le budget du festival va être divisé par deux, passant de 600 000 francs en 2013 à 283 000 francs pour l'édition 2015: "Jusqu'en 2013, un tiers du budget était assuré par les rentrées des bars et stands de nourriture. Mais il a suffi d'une seule mauvaise édition pour mettre en péril le festival, ce qui nous oblige à établir un budget qui ne prend pas en compte ces rentrées aléatoires." Le budget dévolu à la programmation musicale va également diminuer dans la même proportion. Il y aura toujours des concerts de musique du monde d'envergure mais leur nombre sera nettement revu à la baisse.

Un festival gratuit

L'expérience 2014, avec des concerts payants, n'ayant rencontré qu'un timide écho, le festival redeviendra gratuit: "La volonté est d'offrir aux Martigne rains une occasion privilégiée de rencontres autour de découvertes musicales, culinaires et d'animations favorisant le vivre ensemble intergénérationnel et interculturel." Les festivaliers y trouveront toujours le marché, les buvettes, les repas et les danses du monde, les démonstrations de groupes à caractère local. Mais il n'y aura plus qu'une scène avec une dizaine de concerts de musique du monde contre trente-cinq, par exemple, lors de l'édition 2013.

Un nouvel organigramme

Assurée jusqu'ici par le comité de l'association "Journées des cinq continents" et par un comité formé de bénévoles, l'orga nisation va se professionnaliser. Un bureau exécutif, avec cinq personnes représentant le service culturel, l'action socio-culturelle et la gestion technique, le travail d'intégration , les finances et la Municipalité, formera le comité d'organisation. Le cahier des charges du comité de l'association va être revu, mais le rôle des bénévoles sera toujours essentiel dans l'organisation du festival.

A noter enfin que la fête des écoles de Martigny devrait désormais être entièrement in tégrée au Festival des Cinq Continents.

 

"PERENNISER A LONG TERME LE FESTIVAL"

Municipal chargé de la Culture et représentant de l'Exécutif martignerain au sein du comité de l'association Journées des Cinq Continents, Michaël Hugon précise que c'est bien la ville qui a demandé à l'association de repositionner le festival: "Nous tenons à cette manifestation, pour autant qu'elle soit viable à long terme et que la ville n'ait plus à prendre en charge des déficits imprévus. Les réflexions menées, qui ont débouché sur une réorganisation des structures, une nouvelle manière de travailler et une adaptation du festival aux moyens humains à disposition, ont convaincu l'Exécutif de lui renouveler son soutien. Le festival doit notamment demeurer populaire et développer la notion d'intégration. Le projet va cependant encore être peaufiné afin que le succès soit de nouveau au rendez-vous dès 2015." OR

Michael Hugon - 12.01.2013 | 0 réactions | #link | rss

Les dicastères des municipaux ont été attribués.

Le Conseil communal de la ville de Martigny s'est réuni mercredi pour effectuer la répartition des dicastères. "Tout s'est bien passé , assure le président Marc-Henri Favre, dans l'ensemble, il n'y a pas de grands bouleversements, mais des regroupements qui nous paraissaient logiques."

Ainsi, les loisirs et la jeunesse rejoignent le département des sports sous la houlette du nouveau venu Roger Mège (PLR). L'environnement, qui était auparavant géré par le ministre des sports est confié à René Quiros (PDC) qui conserve l'eau et les énergies. Il reprend également la formation professionnelle, jusqu'ici en mains d'Anne-Laure Couchepin Vouilloz (PLR) qui reste à la tête de la petite enfance, des écoles, ainsi que des bourses et prêts d'honneur.

Le principal transfert de cette législature est le département de la culture, que le vice-président Benoît Bender (PDC) abandonne au profit de Michaël Hugon (PLR), toujours en charge de l'intégration et du tourisme. Benoît Bender n'a donc "plus que" les affaires sociales, un dicastère de plus en plus lourd à gérer.

Pas de changement pour le président Marc-Henri Favre (PLR), aux commandes de l'administration, des finances, du personnel, du développement économique, de la police, des élections et de Sinergy. David Martinetti (PLR) est toujours aux bâtiments et aux travaux publics. Idem pour Serge Fellay (PS), qui garde la sécurité civile et les naturalisations.

Quant à Florence Kuonen (PDC), elle conserve les constructions et l'aménagement du territoire.

Le Nouvelliste du 12 janvier 2013, OH

Michael Hugon - 13.12.2012 | 0 réactions | #link | rss

Helena (à g.) et Andrea, qui maîtrisent désormais le français, sont heureuses de poser en compagnie du municipal Michaël Hugon et du délégué à l'intégration Mahamadou Sognane. LE NOUVELLISTE

Des certificats de français ont été délivrés pour la première fois.

Avec plus de cent nationalités recensées sur le territoire communal, l'insertion des populations étrangères constitue une priorité pour les autorités octoduriennes. En 2008, l'Admi nistration municipale a mis en place et développé un concept de cours de français et de civisme pour les personnes désireuses d'accomplir leurs premiers pas sur le chemin de l'intégration et d'appréhender les mécanismes de nos institutions.

Cinq ans après, la cité du coude du Rhône fait office de pionnière au niveau valaisan en procédant à la distribution des premiers certificats européens de langue française à dix-neuf personnes ayant suivi les cours mis sur pied en collaboration avec l'Ecole-Club Migros.

Efforts récompensés

La cérémonie de remise des attestations s'est déroulée le 30 novembre dernier à la salle communale. "En recevant leur certificat, ces personnes de nationalité étrangère ont vu leurs compétences validées et leurs efforts récompensés de fort belle manière", se félicite Mahamadou Sognane. En qualité de délégué à l'intégration depuis 2007, ce dernier s'occupe, entre autres tâches, d'orien ter les futurs citoyens de Martigny de nationalité étrangère. Il les reçoit dans son bureau situé au rez-de-chaussée de l'Hôtel de Ville et les informe sur les prestations et services municipaux, sur les démarches à suivre sur le plan administratif, le système scolaire, le tissu associatif, etc. "Les futurs habitants sont accueillis de manière individuelle ou en famille", indique le responsable, en poste à hauteur de 80%. Mahamadou Sognane est en charge de l'accueil des nouveaux arrivants installés légalement et durablement dans notre pays.

Coordinatrice engagée

Cette année, une trentaine de classes réunissant trois cents élèves bénéficient des cours dispensés par des professeurs bénévoles. Cinq ans après son lancement, la formule rencontre un succès remarquable. A un point tel qu'il a fallu procéder à l'engagement d'une personne chargée de la coordination des cours de français. "Depuis cet été, elle a pour tâche de structurer l'organisation mise en place tout en soutenant le travail du délégué à l'intégration et des professeurs", observe le municipal Michaël Hugon. Le responsable du dicastère se fait l'écho de la volonté des autorités de "mettre en oeuvre tous les moyens nécessaires afin de faciliter l'intégration des populations étrangères. Nous voulons permettre à ces personnes de s'ouvrir aux autres sur le plan humain et professionnel de manière à construire un espace où l'on vit mieux ensemble." Mahamadou Sogna ne se félicite de cette volonté réciproque, il s'en réjouit même: "Cela me procure une motivation supplémentaire dans mon travail et me permet d'aller de l'avant dans la mise en place de notre société."

Graphiste et infirmière

Andrea, 32 ans, de nationa - lité vénézuélienne, et Helena, 25 ans, ressortissante portugaise, ont reçu leur certificat à la fin novembre après deux ans de formation à raison d'un ou deux soirs par semaine. La première est graphiste designer, la seconde infirmière. Toutes deux se disent convaincues par la nécessité de l'apprentissage du français: "De bonnes bases sont indispensables si l'on veut être intégré, au niveau professionnel notamment. La maîtrise de la langue, c'est la clef de l'intégration, c'est l'élément déclencheur qui nous permettra d'élargir notre horizon par la suite. " Andrea, la graphiste qui affiche une fierté légitime d'avoir réalisé certaines affiches du bureau local d'intégration, estime qu'elle est désormais mieux à même de "répondre aux besoins et attentes de ses clients. " Helena, l'infirmière, sait que les contacts avec ses patients sont facilités et privilégiés du fait de son aptitude à s'exprimer en français même si, dit-elle, "à l'hôpital, un sourire peut aussi être un magnifique outil de communication ".

Par CHARLES MEROZ - Nouvelliste du 11.12.2012



 

Michael Hugon - 03.07.2012 | 2 réactions | #link | rss

Ferizaj, (Kosovapress) 25 June 2012 15:46

The Municipality of Ferizaj has the chance to learn a lot from the experience of Martigny city of Switzerland, and a delegation of this city stayed today in Ferizaj and met the municipal officials. On this occasion, it was said that these two cities have many things in common, whereas Ferizaj will benefit development experience from the experience of this city, especially in the field of tourism.

The Mayor of Ferizaj, Agim Aliu informed them on current potentials, and gave details on economic development and investment possibilities offered by municipality of Ferizaj. Among other things, Aliu said that the municipality that he leads, has high potential of human resources, which is showing the ability for inclusion in business initiative.

The head of the department for youth, tourism and health of Martigny, Michael Hugon emphasized that the initial contact is established and they hope for mutual cooperation. Hugon said that the officials of Ferizaj have accepted the visit to their city, where will be set the fields of cooperation. He said that they will support Ferizaj by their experience on tourism, as they learned that this city has resources.

The Swiss delegation was consisted as well of Albanian representatives of this city. The head of Albanian community in this municipality, Ragip Limani said that the Swiss delegation has good impression from this visit, adding that they are here in order to deepen the cooperation with Kosova's cities.

Skender Haliti, activist from Ferizaj, who has been living and working for many years in this city in Switzerland, said that it is a good beginning and he hopes on this initiative, as these cities have many things in common, starting from same geography up to economic potentials.

“We had a fruitful meeting with the officials of the municipality and we saw their readiness for cooperation. We are interested for a twinning project between these cities and to strengthen the partnership. Martigny city will offer many development experiences to Ferizaj, we believe that details will be known following the visit of a delegation of Ferizaj to this city,” Haliti said.

Michael Hugon - 07.06.2010 | 0 réactions | #link | rss

L'ambassadeur du Kosovo, Naim Malaj, a pris l'initiative hier de rencontrer discrètement les autorités de Martigny et sa communauté !

Ce devait être une rencontre hors médias. L'ambassadeur du Kosovo Naim Malaj a appelé lundi le président de la ville de Martigny Marc-Henri Favre. La réponse n'a pas tardé et le rendez-vous fixé à hier. Le but de cette rencontre? Rebondir sur l'onde de choc qui a suivi le meurtre d'un Kosovar par un ressortissant Cap-Verdien à Martigny.

Une dizaine d'interlocuteurs se sont discrètement rencontrés hier après-midi à l'Hôtel de Ville. Ambassadeur, président de la ville, responsables valaisans à l'intégration et représentants de la communauté kosovare ont mis sur la table préoccupations et perspectives.

La séance se déroulait à huis clos sans journaliste en son sein. Une heure plus tard, "Le Matin" attendait en sortie de réunion un président martignerain un peu surpris! Marc-Henri Favre réagit donc à chaud. "Tout ce fait divers, c'est une histoire de voyous contre voyous et non d'ethnie contre ethnie", assène le président qui avoue être troublé par le fait que cela se soit déroulé dans sa ville. "Nous avons développé ici toute une politique d'intégration c'est un pur hasard que cela soit tombé chez nous." Mais la réunion ne visait pas à échanger des évidences. Elle cherchait des solutions. S'y dessine la volonté de créer une commission extra-communale qui amènera autorités, juges, services d'intégration, polices et députés à débattre.

M. l'Ambassadeur Naim Malaj salué par Michaël Hugon (Municipal de Martigny en charge de l'intégration)

et de Mahamadou Sognane (Délégué à l'intégration de Martigny) entourés par des membres de la communauté

kosovare octodurienne.

 

Donner une impulsion


Qu'est-ce qui bloque? Quelles sont les meilleures solutions à apporter à la situation? Cette volonté de partir vers une direction constructive réjouit Skender Haliti, Kosovar installé depuis trois générations dans la région. "Tout cela ne peut que provoquer quelque chose de constructif. C'est une nouvelle impulsion qui va encore plus nous motiver." La communauté kosovare à Martigny compte 800 personnes - dont 130 jeunes qui fréquentent les écoles - et qui apprécie véritablement la visite de son ambassadeur qu'elle aurait pourtant préféré voir à Martigny dans d'autres circonstances. Hier soir, vers 20 heures, la salle communale accueillait une rencontre peu formelle avec l'ambassadeur. Salle comble et forte présence de jeunes Kosovars qui préfèrent d'ailleurs exprimer leur émotion en français. "Nous ne nous reconnaissons en rien dans les événements, dit, par exemple, ce trio. Ce qui s'est passé n'a pas changé les préjugés qui nous entourent. Nous avons presque l'habitude d'être associés à des histoires de mafia. Nous avons développé une carapace. Si nous sommes venus à cette réunion, c'est pour représenter positivement notre communauté." "Je suis Albanais, dit cet autre trentenaire, mais c'est aussi ma ville qui a été choquée par ces événements."

Source : le Matin du 5 juin 2010

 

 
Michael Hugon - 21.02.2010 | 0 réactions | #link | rss

                                 

 

Monsieur son Excellence l'Ambassadeur d'Albanie,

Monsieur Le Président de la communauté albano-kosovare de Martigny,

Mesdames, Messieurs,

Chers amis albano-kosovars,

 

Ne parlant que le français, c'est dans votre langue d'origine que je vous dis tout simplement " Miredita " (Bonjour).

 

C'est au nom des autorités de la ville de Martigny que je vous remercie de l'invitation que vous nous avez transmise et je suis heureux de vous apporter les amicales salutations de mes collègues.

 

Il y a quelques mois, votre association a vu le jour. En décidant de vous regrouper, vous avez créé (tout comme d'autre l'on fait avant vous) un organe pouvant être un moteur pour votre communauté au sein de notre cité. Je suis enchanté, en tant que Municipal en charge de l'intégration de pouvoir compter sur votre comité afin d'être le lien entre les autorités de Martigny et la communauté albano-kosovare. Vous êtes aujourd'hui, les répondants de vos compatriotes et j'espère que nous pourrons travailler ensemble pour faire de cette ville, une cité où chaque communauté puisse trouver sa place et où nous tous, Suisses ou étrangers, puissions tendre vers le " vivre ensemble " dans un respect mutuel.

 

 

Nous sommes réunis ici, pour fêter le deuxième anniversaire de l'indépendance de votre nation d'origine ! Si cette indépendance reste fragile, il n'en demeure pas moins une réalité que la nation kosovare existe et se doit d'être soutenue.

Mercredi passé, votre président, Fatmir Sejdiu n'a-t-il pas déclaré devant les députés réunis en session que : "Pendant ces deux années (...), nous avons réussi à démontrer au monde que l'indépendance du Kosovo avait apporté la paix et la stabilité dans la région " ! Une région qui se doit aujourd'hui de trouver sa place dans le monde et de pouvoir avancer ! Tel est le souhait que l'on peut émettre pour l'avenir.

 

Aujourd'hui, c'est moi, le responsable de l'intégration qui me fera le plaisir de vous découvrir. De découvrir vos racines, vos origines, vos traditions !

 

La communauté kosovare établie en Suisse a beau être la deuxième en importance au sein de l'immigration, derrière les Italiens mais devant les Espagnols et les Portugais, elle n'en demeure pas moins mystérieuse envers les Suisses. Que sait-on de ces 160 000 Albanais du Kosovo (soit presque un Kosovar sur dix) qui frôlent notre existence quotidienne? Pas grand-chose, il faut l'admettre. Les Suisses ont adopté la pizza et les tapas mais continuent d'ignorer la saveur du börek. Tout comme les italiens dans le passé, votre communauté a apporté et continue d'apporter énormément à notre société helvétique.

 

Si l'intégration n'est pas seulement valable pour les étrangers qui viennent travailler, habiter, se créer une vie en Suisse ; elle se doit également d'aller dans les deux sens ! C'est aussi à nous, Suisse, de s'ouvrir à vous et de vous découvrir afin d'abaisser les murs qui nous séparent afin que des liens de confiance mutuelle, de collaboration et d'amitié puissent naître entre nos communautés. Ce sera le rôle de votre association au coeur de notre cité et j'en suis persuadé que nous arriverons à construire ensemble les conditions nécessaires afin de créer une société basée sur l'écoute et le respect.

 

Encore merci pour votre invitation. Merci pour votre écoute, vive le Kosovo et bonne commémoration à tous.

 

Discours prononcé à l'Hôtel du Parc, Martigny le 22.02.2010 en présence de plus de 1'000 albano-kosovars

 

Lien concernant l'interview consacré à bicéphale-production.com :

http://www.bicephale-production.com/rubrique,interview-de-mr-michael-hugon,517146.html

Michael Hugon - 24.08.2007 | 0 réactions | #link | rss
Cette semaine, La Suisse n'aura de préposé à l'intégration des étrangers. Le Conseil Fédéral, en effet, préfère donner la priorité à l'apprentissage d'une langue nationale, à la formation et au marché du travail ! Si ces mesures ne pourront être que bénéfiques à la meilleure intégration des étrangers ne faudrait-il pas se poser la question s'il serait pas aussi nécessaire de renforcer la formation languistique de l'ensemble de nos jeunes étudiants. Dans un pays comme la Suisse, au centre de l'Europe, dépendant du reste du monde, la connaissance d'une seule langue n'est de loin plus suffisant. La Suisse se doit, comme ses voisins européens, insister sur l'apprentissage des langues étrangères et cela dès le plus jeune âge afin de faciliter la vie de nos enfants. Les Jeunes Radicaux-Libéraux Valaisans dont je fais parti, proposont dans notre programme qu'un stage obligatoire pour tous soit instauré dans une autre langue nationale. L'apprentissage ne peut se faire qu'en s'immergeant dans un canton d'une autre langue. En effet, en étant totalement immergé dans une autre langue, et même dans un style de vie différent, l'élève se verra obligé d'apprendre et je suis convaincu que ce stage sera plus utile qu'un cours dans une salle de classe. De plus les cours de langue pendant le collège ainsi qu'aux maturités professionnelles doivent pouvoir porter leurs fruits et déboucher au final à l'obtention d'un diplôme reconnu au niveau international. Dans ces conditions, nous permettront à tous d'être concurrentiels et d'être mieux intégrer dans le marché de l'emploi !
FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch