Conseiller municipal de Martigny en charge de la Culture, Tourisme & Intégration

HUGON MICHAEL

 

 

articles
réactions
Michael Hugon - 29.08.2014 | 0 réactions | #link | rss

En présence du municipal Michaël Hugon, de Stéphane et Ingrid Pont des Zachéos et de la guide Valérie Antille, le président du FIFO Pierrot Damay remet des cadeaux aux représentants du groupe slovaque. LE NOUVELLISTE

Les ensembles invités et les organisateurs se sont échangé des cadeaux.

Avant le feu d'artifice final de ce week-end, le FIFO s'est offert une sympathique parenthèse hier matin, dans les jardins de la Fondation Gianadda. Chaque ensemble a offert un souvenir de son pays aux organisateurs et ces derniers leur ont donné, en retour, quelques présents. Le comité du FIFO a ainsi remis une peluche du chien saint-bernard, les Zachéos, une originale chaise en bois très pratique pour l'apéritif, et la commune de Martigny, un vitrail et des chocolats suisses. L'occasion, pour le municipal chargé de la Culture Michaël Hugon de souligner l'importance du FIFO pour Martigny: "Les autorités municipales ont toujours soutenu (ndlr: logistique, services techniques, garantie de déficit...) avec plaisir ce festival reconnu loin à la ronde et qui fait désormais partie de nos principaux rendez-vous culturels".

La cérémonie, qui est une tradition incontournable que l'on retrouve dans tous les festivals folkloriques du monde, est certes symbolique, mais elle permet de resserrer les liens entre les groupes invités et les organisateurs, précise Renaud Albasini, directeur artistique du FIFO: "C'est un riche moment d'échanges qui se déroule en toute décontraction. Nous en profitons pour discuter du déroulement du festival lui-même avec les représentants des ensembles. Ces derniers nous ayant fait part de leur satisfaction à tous les niveaux, il faut croire que tout se passe bien."

Le FIFO 2014 se poursuit ce week-end avec deux spectacles de gala au CERM, la participation au cortège de la Fête de l'abricot à Saxon et le spectacle de clôture dimanche après-midi. OR

Michael Hugon - 29.08.2014 | 0 réactions | #link | rss

Le festival des Cinq Continents reviendra en 2015 mais réduira nettement la voilure. Le budget passera ainsi de 600

Après avoir été couronné de succès pendant 20 ans, le Fes tival des Cinq Continents s'est retrouvé en péril suite à l'édition déficitaire de 2013. Quant au week-end de soutien mis sur pied en juin dernier, il n'a guère suscité d'intérêt. Le comité d'organisation a donc été contraint de revoir sa copie reconnaît Mads Olesen, coordinateur de la manifestation: "Nous avons dû, sous l'impulsion du Conseil municipal, repositionner le festival. Si sa raison d'être n'est pas mise en cause, son organisation va être revue en profondeur. Nous avons élaboré un nouveau concept qui vient d'être accepté par l'exécutif martignerain ainsi que par le comité de l'association. Il sera peaufiné d'ici la prochaine édition, d'ores et déjà programmée les 19 et 20 juin 2015. En résumé, il s'agit d'un retour à l'ancienne formule, mais avec une nette réduction de la voilure."

Un budget divisé par deux

Afin de minimiser les risques financiers, le budget du festival va être divisé par deux, passant de 600 000 francs en 2013 à 283 000 francs pour l'édition 2015: "Jusqu'en 2013, un tiers du budget était assuré par les rentrées des bars et stands de nourriture. Mais il a suffi d'une seule mauvaise édition pour mettre en péril le festival, ce qui nous oblige à établir un budget qui ne prend pas en compte ces rentrées aléatoires." Le budget dévolu à la programmation musicale va également diminuer dans la même proportion. Il y aura toujours des concerts de musique du monde d'envergure mais leur nombre sera nettement revu à la baisse.

Un festival gratuit

L'expérience 2014, avec des concerts payants, n'ayant rencontré qu'un timide écho, le festival redeviendra gratuit: "La volonté est d'offrir aux Martigne rains une occasion privilégiée de rencontres autour de découvertes musicales, culinaires et d'animations favorisant le vivre ensemble intergénérationnel et interculturel." Les festivaliers y trouveront toujours le marché, les buvettes, les repas et les danses du monde, les démonstrations de groupes à caractère local. Mais il n'y aura plus qu'une scène avec une dizaine de concerts de musique du monde contre trente-cinq, par exemple, lors de l'édition 2013.

Un nouvel organigramme

Assurée jusqu'ici par le comité de l'association "Journées des cinq continents" et par un comité formé de bénévoles, l'orga nisation va se professionnaliser. Un bureau exécutif, avec cinq personnes représentant le service culturel, l'action socio-culturelle et la gestion technique, le travail d'intégration , les finances et la Municipalité, formera le comité d'organisation. Le cahier des charges du comité de l'association va être revu, mais le rôle des bénévoles sera toujours essentiel dans l'organisation du festival.

A noter enfin que la fête des écoles de Martigny devrait désormais être entièrement in tégrée au Festival des Cinq Continents.

 

"PERENNISER A LONG TERME LE FESTIVAL"

Municipal chargé de la Culture et représentant de l'Exécutif martignerain au sein du comité de l'association Journées des Cinq Continents, Michaël Hugon précise que c'est bien la ville qui a demandé à l'association de repositionner le festival: "Nous tenons à cette manifestation, pour autant qu'elle soit viable à long terme et que la ville n'ait plus à prendre en charge des déficits imprévus. Les réflexions menées, qui ont débouché sur une réorganisation des structures, une nouvelle manière de travailler et une adaptation du festival aux moyens humains à disposition, ont convaincu l'Exécutif de lui renouveler son soutien. Le festival doit notamment demeurer populaire et développer la notion d'intégration. Le projet va cependant encore être peaufiné afin que le succès soit de nouveau au rendez-vous dès 2015." OR

Michael Hugon - 28.04.2014 | 0 réactions | #link | rss

Deux passerelles - ici celle du Borgeaud - ont été inaugurées samedi sur l'itinéraire de la Via Francigena en présence notamment de Jean-Marie Lovey, prévôt du Grand-Saint-Bernard, Jacques Flückiger, président de Martigny-Combe, Michaël Hugon, municipal à Martigny, et Mgr Joseph Roduit, évêque de l'abbaye de Saint-Maurice (de g. à dr.). LE NOUVELLISTE

La traditionnelle journée d'inspection a eu lieu samedi.

Tous les ans à pareille époque, le tronçon entremontant de la Via Francigena fait l'objet d'une journée d'inspection mise sur pied afin de maintenir le sentier historique en bon état. Lors de cette rencontre organisée le premier samedi après Pâques, se tient la cérémonie de transmission du Sceptre de la Via Francigena. La manifestation de samedi dernier a revêtu une dimension particulière, dans la mesure où elle a coïncidé avec la présentation de deux nouvelles passerelles aménagées sur la Dranse et sur le Durnand pour des motifs de sécurité. Des représentants de Martigny, Martigny-Combe, Bovernier et Sembrancher ont participé à cette rencontre au cours de laquelle le voile a donc été levé sur le nouveau tronçon régional de la Via Francigena.

Par CM - Le Nouvelliste du 28.04.2014



 

Michael Hugon - 21.03.2014 | 0 réactions | #link | rss

Michaël Hugon, président de la nouvelle association, et Martine Gay-des-Combes, vice-présidente.

La commune de Martigny a décidé de soutenir les cinémas. La salle du Casino va faire l'objet d'une rénovation.

Renforcer la dimension cinématographique dans les activités culturelles de la ville, tel est l'objectif de l'Association des amis des cinémas Casino et Corso portée en décembre dernier sur les fonts baptismaux. "Concrètement, nous voulons favoriser leur exploitation dans les meilleures conditions possibles tout en offrant une programmation de qualité", résume le municipal Michaël Hugon, nommé à la présidence de l'association.
L'association a en priorité été constituée dans le but de soutenir la transformation de la salle du Casino. "La dernière rénovation remonte à 1988. Nous devons entreprendre d'importants travaux pour que le Casino réponde aux désirs actuels du public. Nous espérons pouvoir concrétiser ce magnifique projet et redonner une nouvelle fois sa jeunesse à cette salle, cela 85 ans après sa création", souligne Martine Gay-des-Combes, vice-présidente de l'association et exploitante des cinémas de Martigny. Si le Corso a été rénové en 2005, le Casino, qui est au goût du jour en termes de technologie cinématographique, mérite un lifting en profondeur. "La salle doit être adaptée de manière à répondre aux besoins du public d'aujourd'hui. C'est vraiment une opération conséquente qui sera entreprise dans les mois qui viennent, de l'ordre de 800 000 francs environ, dont 100 000 francs versés par la commune. La salle sera fermée durant les travaux", renchérit Michaël Hugon.
Pour le municipal en charge de la culture, "il est important d'apporter un large soutien à la préservation des deux salles au coeur de la Ville. C'est un atout pour la culture populaire. A travers cette association, on pourra également privilégier des activités cinématographiques parallèles en lien avec la politique culturelle de Martigny." C'est ce qui a incité la commune à être partie prenante, sur le plan financier, dans cette démarche d'envergure visant au final à mettre à disposition deux espaces modernes adaptés aux attentes des cinéphiles octoduriens.
 

Par C.M.

Michael Hugon - 06.08.2013 | 1 réactions | #link | rss

La ville de Martigny fait entretenir un pré en friche par des moutons originaires de Bretagne.

A l'abandon depuis plusieurs années, la vigne du jumelage entre Martigny et Sursee retrouve un peu de vie. Laissée en friche, puis arrachée, cette parcelle d'un peu plus de 2'000 m², située sous le château de la Bâtiaz, accueille depuis vendredi dernier cinq moutons nains d'Ouessant. Ces grosses peluches qui n'atteignent pas les 20 kilos ne sont pas là pour faire de la figuration. La commune les a engagées pour entretenir ce terrain pentu et relativement difficile d'accès.

Ecologique, économique

"C'est Catherine Brassaud, la créatrice d'Ecoparcelle, qui nous a contactés" , rappelle Michaël Hugon, conseiller communal en charge du tourisme, "cela faisait longtemps que l'on cherchait, avec l'association du site historique, une idée pour animer la montée." Le côté écologique, durable et l'attraction pour les familles que peuvent représenter ces petits moutons, a fait le reste. L'argument économique a lui aussi pesé dans la balance. "On estime que l'entretien de cette parcelle, avec des hommes et des machines, coûte environ 4500 francs" , explique l'élu, "avec les moutons, tout compris, on paie 2500 francs."

Les animaux sont arrivés vendredi, dans l'enclos aménagé par l'association Tremplin. Ils appartiennent à Catherine Brassaud, une biologiste en environnement et ostéopathe pour animaux d'origine française, établie à Romanens, dans le canton de Fribourg. "L'idée m'est venue l'an dernier. J'ai pris deux moutons pour tondre ma pelouse. Je me suis rapidement rendu compte que ce n'était pas vraiment adapté pour les jardins privés, à cause des crottes, des arbres à protéger. Mais pour les espaces publics, c'est idéal." Début 2013, elle crée son entreprise, achète des moutons et démarche municipalités et grandes entreprises. Les villes de Pully et Yverdon engagent ses brouteurs, tout comme Gruyères Energie pour l'entretien de son siège bullois. Martigny est son quatrième chantier.

Le principe est un peu différent de ce que font d'ordinaire les agriculteurs locaux. Les moutons restent d'avril à novembre sur les parcelles à tondre. "Je calcule le nombre d'animaux qui peuvent vivre en autonomie sur le terrain concerné. Là, comme ils sont arrivés tard dans la saison, ils n'arriveront pas à tout manger. On leur donne de l'eau, pour respecter les normes fédérales, et un petit abri. Je viens les voir régulièrement pour les soigner au besoin. Mais ce sont des animaux très rustiques. Ils ne sont que très rarement malades, mangent presque tout et sont peu farouches." Leur petite taille limite leur impact sur les sols entretenus. Ils sont aussi calmes et peu bruyants. "A moins qu'on vienne les nourrir régulièrement" , prévient Catherine Brassaud, "là, ils risquent de bêler pour réclamer. On demande d'ailleurs aux gens de ne pas les nourrir et de ne pas entrer dans le parc. Du haut de ses 20 kilos, le bélier est quand même assez bagarreur..." A noter aussi que le mouton d'Ouessant - une île située au large de la Bretagne - qui n'est rentable ni pour sa viande ni pour sa laine, est une espèce menacée et que ce genre de projet permet de sauvegarder l'espèce. Ecoparcelle en emploie actuellement 38. "J'en cherche toujours, mais ça ne court pas les rues. C'est en fonction du nombre de moutons que j'ai que je peux répondre ou non aux demandes. Pour l'heure, je ne peux pas vraiment accepter d'autres chantiers, mais on verra comment ça se développe."

L'opération devrait se renouveler l'an prochain, avec, cette fois-ci, une arrivée des moutons sur place dès les premiers jours du printemps.

Par OLIVIER HUGON (Le Nouvelliste du 06.08.2013)



 

 

Michael Hugon - 03.07.2013 | 0 réactions | #link | rss

Le Groupe culturel international (GCI) a réalisé tous ses objectifs pour la saison 2012-2013 en offrant, à ses membres et amis ainsi qu'à toute la population, des manifestations de grand intérêt culturel, historique, touristique et relationnel en Suisse et à l'étranger. Cette association multiethnique, qui a son siège à Martigny, oeuvre depuis vingt-huit ans dans le but d'établir des liens entre les diverses cultures. Elle poursuit donc son action pour tisser des nouveaux liens avec les pays de proximité.


Andrea Flamini (alias Giandoja), président de l'Association piémontaise, recevant de Michaël Hugon les honneurs de la Ville de Martigny. LDD


Programme haut en couleur

La traditionnelle fête de l'Amitié internationale a permis au début de l'année de se retrouver pour partager un moment précieux d'amitié et de convivialité. L'action s'est poursuivie par des rencontres avec des artistes internationaux à la Galerie Mosaico Artistico. Ceux-ci ont présenté leurs oeuvres et suscité des débats forts captivants animés par Gianfranco Cencio, promoteur, au sein du GCI, du volet culturel. Le groupe n'a pas oublié de porter un regard aussi sur la Suisse et, grâce à l'engagement extraordinaire de Marie-Laure Deloison, responsable des relations publiques du GCI, on a pu mettre sur pied un voyage à Saint-Gall et visiter sa précieuse bibliothèque riche d'ouvrages de grande valeur historique. Un lieu sacré pour tous les bibliophiles, et une cité historique pleine de surprises.

Turin une cité mystérieuse et fascinante

Et puis, il faut absolument rappeler la mémorable visite à Turin et ses alentours, agendée sur deux jours dans le chef-lieu piémontais. La cité du comte Camillo Benso de Cavour (l'un des pères de l'Unité italienne) fut le point culminant du programme du GCI. Les personnes qui ont participé à ce déplacement ne sont pas près d'oublier les richesses culturelles, historiques et gastronomiques de la première capitale d'Italie. La Reggia de Venaria et ces merveilleux jardins fleuris, le Pavillon de chasse de Stupinigi, lieu dédie à la chasse et fréquenté par les têtes couronnées de la Maison de Savoie. La Colline, qui surplombe la ville, en offrant un coup d'oeil merveilleux sur une cité traversée et baignée par le plus grand fleuve d'Italie, le Po qui prend sa naissance sur le Mont Viso, qui, par temps claire trône majestueux sur l'horizon des Alpes. Les participats à ce voyage de rêve ont pu aussi découvrir le centre-ville, élégant et raffiné, qui abrite des musées de première grandeur tel que le Musée égyptien, sans oublier les nombreux palais où l'architecture baroque triomphe.

Un final aux couleurs de l'arc en ciel

Et pour finir, cerise sur le gâteau, la brillante conférence offerte par Katia Lafaille. Celle-ci fut un grand succès par les qualités de la conférencière et par la participation d'un nombreux public. A signaler l'attention avec laquelle la commune de Martigny et son conseiller à la Culture Michaël Hugon ont accompagné ces différents évènements. La saison 2013-2014 débutera en septembre, et d'ores et déjà, le GCI donne rendez-vous à ses membres et amis, pour partager de nouvelles aventures culturelles et touristiques à caractère transfrontalier.

 

Le Nouvelliste du 03.07.2013 - Marco Patruno pour le Groupe Culturel International

Michael Hugon - 03.07.2013 | 0 réactions | #link | rss

Le conseiller général Xavier Saudan et le municipal en charge de la culture, Michaël Hugon, entourent l'artiste Frédéric Gabioud. LE NOUVELLISTE

Une expo pour rythmer la montée au château.

La montée au château de La Bâtiaz se veut un peu plus aérienne cet été. Grâce à une exposition de drapeaux originale qui accompagne le randonneur dans son ascension vers le mythique monument qui veille depuis le XIII e siècle sur Martigny.

Président de la Commission Culture, Tourisme et Dévelop pement économique du conseil général, Xavier Saudan n'est pas peu fier de cette nouvelle expérience artistique, largement soutenue par la Municipalité. "La deuxième édition de cette exposition d'art contemporain a aussi bénéficié de l'aide précieuse de Valentin Carron, artiste résidant à Martigny. Avec un double objectif: revitaliser le parcours menant à l'un des fleurons touristiques de la ville et promouvoir le travail d'artistes en phase de terminer leurs études".

Les membres de la Com mission Culture, Tourisme et Développement économique ont ainsi souhaité offrir une vitrine de choix à Frédéric Gabioud. Originaire d'Orsières et vivant à Puidoux, l'artiste a réalisé tout spécialement quatre drapeaux dans quatre teintes différentes qui offrent des angles de vue variés selon la luminosité ambiante ou la force du vent. "Du haut de ses 23 ans, il a déjà participé à de multiples expositions collectives entre Paris, Genève, Bâle et Lausanne. Il termine actuellement son Bachelor en Art Visuels à Lausanne" , souligne Xavier Saudan. A voir jusqu'en novembre sur le chemin du Château.

PASCAL GUEX - Le Nouvelliste du 02.07.2013



 

 

Michael Hugon - 29.01.2013 | 0 réactions | #link | rss

Marie-Claire Thomas a mis tout le monde d'accord lors du 3e Festival des soupes.

" En bouche, l'équilibre est subtil entre les différentes saveurs. Une vraie réussite."

MICHAEL HUGON PRESIDENT DU JURY DU 3E FESTIVAL DES SOUPES D'OCTODURE

Une crème de butternut au gingembre, piment d'Espelette et pain d'épices Romaine: c'est grâce à cette préparation originale que Marie-Claire Thomas a remporté samedi, à la salle communale, la finale du Festival des soupes d'Octodure, 3e du nom. L'épouse de Jean-Louis Thomas a devancé sur le podium Myriam Delavy et sa soupe du chalet (2e), puis Ganga Kithsiri et sa soupe à la courge au lait de coco (3e).

Cette compétition, placée sous le signe de la convivialité, a réuni douze finalistes issus des épreuves éliminatoires organisées en décembre dans les quartiers de la Bâtiaz, du Bourg, du Coin de la ville et du Guercet. A noter que Marie-Claire Thomas et Myriam Delavy défendaient les couleurs du Coin de la ville, grand triomphateur de ce troisième millésime. La première édition en 2011 avait été remportée par le quartier du Guercet et la deuxième l'année suivante par celui du Bourg.

Avec Vaison-la-Romaine

Les douze soupes ont été soumises à l'appréciation d'un jury présidé par le municipal Michael Hugon et auquel s'étaient joints plusieurs représentants de Vaison-la-Romaine. La cité vauclusienne, jumelée à Martigny depuis 1979, organise un concours de soupes depuis plus de vingt ans. La délégation française était conduite par Lise Trincaretto, directrice de l'office du tourisme, et Gérard Raineri, président de la Confrérie des louchiers de l'agglomération vai sonnaise. Les deux villes s'efforcent de multiplier les échanges et les actions en commun. Le Festival des soupes d'Octodure est une des initiatives mises en route il y a quelques années. D'autres démarches sont à l'étude. "Il devrait y avoir du concret courant 2014", nous a confié Gérard Raineri, sans vouloir - ou pouvoir - en dire davantage pour l'instant.

Le jury a donc eu fort à faire pour départager les douze concurrents, même si, de l'avis de Michael Hugon, la crème due au talent de Marie-Claire Thomas a d'emblée séduit les jurés. "L'originalité de cette préparation l'a distinguée de ses concurrentes. A la vue, elle a l'apparence d'une glace à l'italienne. En bouche, l'équilibre est subtil entre les différentes saveurs. Elle a le don de tenir nos sens en éveil à la dégustation. Une vraie réussite", a commenté, en connaisseur, Michael Hugon. "Les participants se prêtent au jeu. L'émulation est au rendez-vous entre les différents quartiers même si la convivialité est le maître mot ici. Le niveau a d'ailleurs fortement évolué depuis la première édition du festival", a souligné le municipal lors de la cérémonie de remise des prix. CHARLES MEROZ - Le Nouvelliste 29.01.2013



Michael Hugon - 12.01.2013 | 0 réactions | #link | rss

Les dicastères des municipaux ont été attribués.

Le Conseil communal de la ville de Martigny s'est réuni mercredi pour effectuer la répartition des dicastères. "Tout s'est bien passé , assure le président Marc-Henri Favre, dans l'ensemble, il n'y a pas de grands bouleversements, mais des regroupements qui nous paraissaient logiques."

Ainsi, les loisirs et la jeunesse rejoignent le département des sports sous la houlette du nouveau venu Roger Mège (PLR). L'environnement, qui était auparavant géré par le ministre des sports est confié à René Quiros (PDC) qui conserve l'eau et les énergies. Il reprend également la formation professionnelle, jusqu'ici en mains d'Anne-Laure Couchepin Vouilloz (PLR) qui reste à la tête de la petite enfance, des écoles, ainsi que des bourses et prêts d'honneur.

Le principal transfert de cette législature est le département de la culture, que le vice-président Benoît Bender (PDC) abandonne au profit de Michaël Hugon (PLR), toujours en charge de l'intégration et du tourisme. Benoît Bender n'a donc "plus que" les affaires sociales, un dicastère de plus en plus lourd à gérer.

Pas de changement pour le président Marc-Henri Favre (PLR), aux commandes de l'administration, des finances, du personnel, du développement économique, de la police, des élections et de Sinergy. David Martinetti (PLR) est toujours aux bâtiments et aux travaux publics. Idem pour Serge Fellay (PS), qui garde la sécurité civile et les naturalisations.

Quant à Florence Kuonen (PDC), elle conserve les constructions et l'aménagement du territoire.

Le Nouvelliste du 12 janvier 2013, OH

Michael Hugon - 08.01.2013 | 0 réactions | #link | rss

24.12.2012 - Martigny - Le Nouvelliste

Le conseiller communal Michaël Hugon et le responsable du Marché de Noël, Lionel Saudan, tout sourire à l'heure de trinquer à la bonne santé de cette manifestation. LE NOUVELLISTE

Malgré une météo chagrine, le Marché de Noël boucle sur un bilan positif...

"Hormis les impondérables liés à une météo très capricieuse en cette fin 2012, tout s'est déroulé à la perfection."

Au sortir de dix jours de marché de Noël malheureusement peu épargnés par les précipitations, Lionel Saudan dresse tout de même un bilan globalement positif d'une manifestation appelée à devenir tradition au coeur de la cité. "Il y aura en effet une 4e édition en 2013 qui devrait à nouveau avoir lieu sur la place Centrale. Celle-ci se prête à merveille à ce genre de rendez-vous populaire et convivial."

Avenue de la Gare trop étroite

Après deux premières éditions organisées au sommet de l'avenue de la Gare, le Hameau avait donc pris ses nouveaux quartiers sur cette place Centrale fraîchement rénovée dès le 13 décembre dernier. Un déménagement réussi, si l'on en croit l'analyse de Lionel Saudan. " La place Centrale offre bien d'autres possibilités de mettre en valeur la grosse vingtaine de chalets et de yourtes qui composent le Hameau qu'une rue rectiligne d'à peine six mètres de large. Les premiers échos récoltés aussi bien auprès des exposants que du public sont d'ailleurs favorables."

Organisé par des bénévoles de la Jeune Chambre Interna tionale de Martigny en collaboration avec les différents services de la ville, le Marché de Noël devrait donc perdurer sur la place Centrale, toujours sur le même module gagnant qui marie activités commerciales et animations populaires (visite du Père Noël descendu du ciel en... hélicoptère; concerts ou encore soirées cervelas grillés au feu de bois). PG

FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch