Des élections animées? Vous êtes servis

Marc Bretton, responsable rubrique politique Genève. Actualité Publié le 09 février 2007 dans la Tribune de Genève

Près de 1800 candidats requièrent vos suffrages pour les élections municipales. Comme d'habitude? Oui, mais celles de cette année auront quelque chose d'exceptionnel. Par le nombre de candidats en lice; par le nombre de listes qui vont s'affronter; par le nombre d'inconnues qui commenceront à être résolues en mars. Reprenons. Il y a quatre ans, l'inconnue s'appelait l'UDC. Elle a débuté modestement dans deux communes. En parallèle, on enregistrait une chute de l'extrême gauche, une poussée rose et verte et un tassement de l'Entente dû aux pertes catastrophique des radicaux. Cette année, les inconnues sont plus nombreuses. Inconnu au bataillon il y a quatre ans le Mouvement Citoyens s'implante et l'UDC s'étend. De son côté, l'extrême gauche tente de s'implanter dans des suburbaines qui lui ont échappé jusqu'ici. Depuis des années, l'évolution politique suisse «écrase» le centre au profit d'une droite et d'une gauche profilée. Cette tendance est à peu près la même à Genève avec des variantes, comme une extrême gauche forte, un Mouvement Citoyens, qui tente de concilier le conservatisme de droite et de gauche, une UDC faible et un match acharné entre les Verts et le PS.

Malgré tout, un des enjeux de ces élections sera de montrer si nous suivons toujours la tendance suisse ou si le camp centriste, requinqué par l'exemple donné par le canton, commence à inverser le processus. Mais l'inconnue la plus importante est celle des étrangers. Leurs bulletins peuvent bouleverser des situations ­figées depuis longtemps dans des communes où une centaine de voix fait toute la différence. Comment voteront-ils? On verra. Seule certitude, les étrangers sont très présents dans la population active et plus jeunes que la moyenne. Le poids accru que leur confère le droit de vote leur permettra de peser sur certains choix de prestations et de dépenses.