Où vais-je après la mort ?
articles
réactions
- - 01.07.2011 | 0 réactions | #link | rss

Si nous chantons une simple mélodie
Cette chanson c'est pour honorer la vie
Pour rappeler que tant d'enfants n'ont pu naître
Et appeler au respect de tous les êtres




                     Ils n'ont pas pu voir le soleil
                                            Ni contempler le bleu du ciel
                                            Ils n'ont pas admiré les fleurs
                                            Ils n'ont pas senti leur odeur
                                            Ils n'ont pas entendu les rires
                                            Ni connu le baiser du soir
                                            Pas de bras pour les accueillir
                                            Ni de coeur pour les recevoir

                     En pensant à tous ces petits
                                            Qui jamais ne verront la vie
                                            Comment rester indifférent
                                            Et prétendre rester ignorant
                                            Nos yeux pleurent et nos coeurs sont lourds
                                            Nos mains se lèvent pour supplier
                                            Protéger ces fruits de l'amour
                                            Unissons-nous pour les sauver

                     Il est un lieu auprès du Père
                                            Où tous ces enfants sont reçus
                                            Baignés d'amour et de lumière
                                            Là-bas où on ne pleure plus
                                            Ce sera beau de découvrir
                                            Tous ceux qui ont dû nous quitter
                                            Et de pouvoir se réjouir
                                            Car nous serons tous consolés


- - 21.06.2009 | 0 réactions | #link | rss
Le sort des embryons et des foetus après la mort

L'avortement en chiffres

L’Institut de Politique Familiale (IPF) vient de publier son rapport 2008 sur "L’évolution de la famille en Europe". En 2007, l’Union européenne a recensé 5,2 millions de naissances, soit presque 1 million de moins qu’en 1982. Le taux de fécondité en Europe est de 1,56 enfant/femme. Rappelons que le seuil de renouvellement des générations est de 2,1 enfant/femme. Par ailleurs, l’âge moyen de la maternité a reculé de 2,6 ans pour atteindre 30 ans en 2006.

En 2006, dans l’Europe des 27, 1 167 775 avortements ont été pratiqués, ce qui représente 3 199 avortements par jour, soit 133 avortements par heure, soit 1 avortement toutes les 27 secondes. Chaque année, l’Europe perd par avortement l’équivalent de la somme de la population du Luxembourg et de Malte, ou de la population de la Slovénie ou de Chypre. Le rapport précise qu’une grossesse sur cinq se termine par avortement.

A eux seuls six pays totalisent 900 000 avortements par an : la France (206 311), le Royaume-Uni (194 353), la Roumanie (150 246), l’Italie (129 072), l’Allemagne (119 710) et l’Espagne (101 592).

L’avortement est « la première cause de mortalité en Europe », conclut le rapport


Quel est le sort des foetus et des embryons après la mort ? Sont-ils perdus?

Une question fondamentale agite les milieux scientifiques: à partir de quel moment l’embryon est-il un être humain? A en croire les courants de pensée du monde séculier, on a l’impression que ce moment est laissé à la libre appréciation de chacun ou à une décision du pouvoir politique. Dans nos pays occidentaux, l'embryon est considéré comme une personne après un certain délai, avant quoi sa mère garde droit de vie et de mort sur lui (ou alors, si on conçoit l'embryon comme un enfant, c'est que l'infanticide devient possible…). Mais si nous voulons avoir une opinion autorisée et juste sur le point de départ de la vie d’un être humain, il faut interroger l’Ecriture. La vie de l’homme commence à la conception, au moment où le spermatozoïde du père féconde l’ovule de la mère. Chaque fois qu’un embryon se forme et se développe, nous sommes en présence d’une œuvre du créateur:

« C’est toi qui as créé ma personnalité, qui m’as tissé dans le ventre de ma mère. Seigneur, merci d’avoir fait de mon corps une aussi grande merveille. Ce que tu réalises est prodigieux, j’en ai bien conscience. Mon corps n’avait pas de secret pour toi, quand tu me façonnais en cachette et me tissais dans le ventre de ma mère. Quand j’y étais encore informe, tu me voyais; dans ton livre, tu avais déjà noté toutes les journées que tu prévoyais pour moi, sans qu’aucune d’elles ait pourtant commencé. » (Psaume 139:13-16)

« Comme tu ne sais pas quel est le chemin du vent, ni comment se forment les os dans le ventre de la femme enceinte, tu ne connais pas non plus l'oeuvre de Dieu qui fait tout. » (Ecclésiaste 11:5)

A Jérémie et Paul, Dieu déclare qu’il les connaissait avant même leur naissance et qu’ils les avaient choisis pour une mission spéciale:

« 
Avant que je t'eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t'avais consacré, je t'avais établi prophète des nations. »
(Jérémie 1:5).

« Mais quand il plut à Dieu, qui m'a mis à part dès le ventre de ma mère et qui m'a appelé par sa grâce... »
(Galates 1:15)

Retenons: Dès sa conception, l’embryon est un être humain dont la vie, selon de nombreux textes bibliques, ne finira jamais (Luc 16:19-31; Hébreux 9:27).

Mais où va l’homme après la mort? Le sort de tous ceux qui ont entendu l’évangile et qui étaient en mesure de prendre une décision est clairement défini par l’Ecriture. Dieu a d’ailleurs fait connaître sa volonté d’une manière tout à fait explicite: « Le Seigneur est patient envers vous, car il ne veut pas que qui que ce soit aille à la ruine; au contraire, il veut que tous aient l’occasion de se détourner du mal » (2 Pierre 3:9). Le salut ou la perdition dépendent donc uniquement de la volonté de l’homme. Celui-ci peut décider d’aller soit au Ciel, soit en Enfer. Il est à la croisée de ces deux chemins (Deutéronome 30:19; Jérémie 21:8).

Mais les personnes auxquelles la question posée fait allusion n’ont pas la faculté intellectuelle de faire ce choix. Au Moyen Age s’est forgée la fausse doctrine selon laquelle l’âme des enfants non baptisés et morts en bas âge allait en Enfer. Cette conception erronée est la conséquence d’une autre erreur enseignée par l’Eglise médiévale, à savoir que le baptême des nourrissons les sauve. La Bible déclare cependant très explicitement que ce n’est pas le baptême qui sauve mais la foi au Seigneur Jésus (Actes 16:31). De plus, le baptême n’est pas administré aux foetus. La solution au problème posé n’est donc pas le baptême des nourrissons, mais la nature parfaite de Dieu : « Dieu ne commet pas l’iniquité, le Tout-Puissant ne viole pas la justice » (Job 34:12), car ses jugements sont « vrais et justes » (Apocalypse 16:7) et s’exerceront de façon impartiale (1 Pierre 1:17), sans favoritisme (Romains 2:11). Nous avons donc la certitude que les personnes mentionnées dans la question ne seront pas condamnées, puisqu’elles ne sont nullement responsables de leur état de nourrissons ou de foetus (ou même d’handicapés mentaux).


Extrait du témoignage de Choo Thomas (« Le Paradis est si réel »)

Le Seigneur me conduisit dans un lieu où des bébés et des nourrissons (dont beaucoup semblaient nouveau-nés) étaient gardés.

« Pourquoi y a-t-il tellement de bébés ici ? » demandai-je.
« Ce sont des bébés dont les mères n'ont pas voulu. Moi, je garde leurs bébés! » m'expliqua Jésus.
« Que vas-tu en faire, Seigneur ? »
« Si leurs mères sont sauvées, elles pourront les récupérer. »
« Et dans le cas inverse, que se passera-t-il ? Que feras-tu ? »
« D'autres mères les auront lorsque tous mes enfants iront dans mon Royaume. »

Je compris alors que ces bébés avaient été victimes d'avortement et je me mis à sangloter. Jésus s'écria : « Je n'aime pas l'avortement ! ». Le ton de sa voix et toute son attitude montraient son irritation, et je compris que je devrais bientôt transmettre ce message à tous ceux qui voudraient bien m'écouter.

L'Eternel déteste l'avortement. A ses yeux, c'est l'un des pires péchés. Jésus aime tendrement les petits; en le regardant et en l'écoutant, je voyais sa tendre compassion pour ces bébés avortés. Jamais je n'oublierai ce que j'ai vu au paradis ce matin-là, et je ne pourrai plus passer sous silence ce péché abject. Je sais maintenant que cet acte a des conséquences éternelles.


Tiré du témoignage de Mary K. Baxter (« Une révélation divine du Paradis », Une révélation divine de l'Enfer »)

Un ange du Seigneur révéla à Mary que dès sa conception, un bébé est une âme éternelle. Lorsqu'un enfant meurt par un avortement, une fausse couche ou d'une autre manière, Dieu le sait. Il ordonne à ses anges de s'en occuper. Les anges apportent leurs minuscules âmes aux cieux, et Dieu les complète. Peu importe qu'un bébé ait été avorté ou qu'il soit mort naturellement. Celui-ci est transformé en un être au physique parfait par la main puissante de Dieu. Si les parents de ces enfants vivent dans la justice du Seigneur Jésus-Christ, alors quand ils viendront au Paradis, ils seront réunis et connaîtrons leurs enfants. Ils les rencontreront aux portes de gloire.

Dieu prend grand soin de tous les enfants. Il prête attention quand une maman perd son enfant. Même étant le fruit de ses entrailles, c'est Son enfant qui est parti avant son temps. Il connaît toute chose et s'en soucie. Dès l'instant où une vie et conçue dans le ventre maternel, Il le sais. Il est au courant des bébés que l'on tue quand ils sont encore dans le ventre de leurs mères. Ce sont des vies non désirées et interrompues qui sont brisées. Il sait à propos des enfants mort-nés et des enfants qui naissent avec des malformations. Au moment de la conception, cette vie a déjà une âme. Ses anges descendent chercher les enfants quand ils meurent et les Lui apportent. Il a pour eux un lieu où ils pourront grandir, apprendre et être aimés. Il leur donne un corps complet; Il restaure les parties manquantes de leur corps. Il leur donne un corps glorifié.


     

 

FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch