Mise à jour du jeudi 13 mars 2008.

 

Monsieur Ponticelli s'en est allé rejoindre ses compagnons d'armes de la Brigade Garibaldi...

le dernier survivant Français de la première Guerre Mondiale est décédé

 

 

Mise à jour du 25 janvier 2008


Louis de Cazenave  s'en est allé rejoindre ses camarades du chemin des Dames....

Lazare Ponticelli est l'unique survivant francais de cette putain de guerre..
.


D'autre part, Erich Kastner, dernier soldat allemand survivant de cette drole de guerre est décédé dans l'indifference générale, le 1 janvier de cette année, a l'age de 107 ans.
il reste

1 soldat polonais, Stanislaw Wycech, agé de 105 ans
2 canadiens,  John F. Babcock et Gladys Powers : la dernière femme vétéran de la Première Guerre
1 américain, Frank Buckles, (il arriva en Europe à bord du Carpathia, le navire qui avait secouru les passagers du Titanic en 1912, transformé alors en transport de troupes)
1 australien John Ross ; dernier "Digger" mais qui ne prit pas vraiment part a la guerre ayant été engagé en février 1918
5 soldats anglais,
Henry Allingham, Harry Patch, William Stone, Claude Choules et Sydney Lucas
2 soldats italiens 
BORRONI Delfino et CHIARELLO Francesco
1 soldat de l'arméee austro-hongroise,
Franz Künstler

Il ne reste donc à ce jour, plus que 13 soldats ayant participé à ce premier conflit mondial.





Hier c'était le 11 novembre... bientôt ce 11 novembre ne dira plus rien, tombera dans l'oubli et pourtant... c'est le jour de l'armistice de la 1ère Guerre Mondiale... une guerre dégueulasse comme toute les guerres... mais celle là, à ceci de particulier qu'elle marque le début de l'ère moderne de la guerre...
Il ne reste actuellement que 2 survivants français de cette guerre là...


Lazare Ponticelli, un vieil homme de 109 ans et Louis de Cazenave, le doyen des français, 110 ans, sont ces deux survivants de la Grande Guerre, celle de 14-18....

Pas banale du tout la vie de Lazare Ponticelli, italien d'origine ayant fuit l'Italie a l'âge de 9 ans pour venir à Paris en ne sachant de Paris que l'adresse d'un café de "Rital"...
Quand Louis de Cazenave, il est le dernier des survivant du terrible chemin des Dames...

Le chemin des Dames comme cela sonne doux à l'oreille ...
Apollinaire y reçut un éclat d'obus qui le laissa marqué à vie, Louis Arragon s'y retrouva en septembre 1918 pour suivre une contre offensive alliée ...il en parle d'ailleurs dans le roman Aurélien...:

"Je me souviendrai toujours... C'était au Chemin des Dames... Le docteur, je ne le connaissais pas, il venait d'arriver au bataillon... J'étais sergent alors... J'avais une section... C'était un peu à l'ouest de Sancy... on tenait la ligne du chemin de fer... on avait avancé après un pilonnage, mazette, un pilonnage! Devant nous, tout était bouleversé. Plus de tranchées, des trous d'obus, des entonnoirs... On avait avancé comme on avait pu... sur la pente, et un peu où ça faisait pla­teau... et reculé par-ci par-là..., on ne savait plus où on en était.."


Jean Giono s'y retrouva lui aussi à plusieurs reprises et cette expérience fit de lui un pacifiste acharné...

Lors de mes vacances, en France, je ne peux m'empêcher de regarder les monuments aux morts de chaque villes, villages ou hameaux que je traverse...
Parfois je m'arrête.. parfois je jette un oeil aux âges, aux noms...
C'est fou la poésie qu'il y avait dans les choix des prénoms à cette époque...
Dans un petit village de Provence, il y a le nom de Gent Brun...

je ne sais pas pourquoi mais ce prénom m'interpelle... c'est ainsi...

Peut-être est ce juste pour ne pas perdre la mémoire....


Photo: couverture de la version Bd de Paroles de Poilus...chez Soleil éditeur

Fond sonore : Francois Hadji Lazarro, en cet hiver 1915, Album aigre doux, island, pour Boucheries Prod, 2006

vous pouvez écouter ce morceau ICI et allez cliquer sur le titre... merci