Il m'a semblé rentrer dans un champ de mines ce matin: en l'espace d'une seule et simple minute, je me suis trouvé confronté à une dame présentant tous les symptômes de l'aigreur, un automobiliste charognard et le marginal-fier-de-l'être qui estime que le monde n'a pas été conçu pour les bonnes personnes. Mais seul le premier des intervenants retiendra notre attention car il s'inscrit dans la continuité de la première édition de cet article. Monsieur Droit est à nouveau renvoyé dans ses appartements le temps de cet article.

Je me trouvais ce matin au rond point de Plainpalais au volant d'un fléau des écologistes. Je venais de passer un feu et constatai que la file de voitures me précédant allait s'arrêter. Puisque j'étais au point de traverser un passage piéton, je m'arrêtai. Toutefois, la file de voiture commença à avancer et, voyant que les bouchons se formaient derrière moi, j'avançai. Malheureusement, la file n'avança pas plus de 3 mètres et le camion me précédant resta immobile. Me voilà arrêté sur le passage piéton, contrairement à ce que je voulais et bien malgré moi.

Caramba!

Voilà alors qu'une dame d'âge pouvant laisser entendre la sagesse et d'apparence interdisant la présence d'un tel trait d'esprit se présente à ma fenêtre. "C'est très intelligent ce que vous faites!", me dit-elle, et elle tourna les talons, drapée dans sa dignité.

"Madame!", protestai-je, "Permettez que..." Non. Elle ne permet rien et fait la sourde oreille. Je baisse alors les fenêtres de l'autre côté et appelle: "Le camion n'a pas avancé comme je..." C'est inutile... Elle ne veut rien savoir, puisqu'elle sait déjà tout. "Bonne journée Madame!", lui dis-je alors en désespoir de cause.

Et dire que cette dame et moi aurions pu nous entendre! Je partageais entièrement son opinion puisque je ne m'arrête sur des passages piétons que lorsque j'ai mal anticipé le flux du trafic. Mais jamais intentionnellement. J'étais prêt à lui présenter mes excuses, pourquoi pas à discuter avec elle le temps que le feu passe au vert. Mais non. Elle m'a vu m'arrêter sur le passage piéton et nul ne sait mieux qu'elle ce qu'il s'est réellement produit.

Donnez votre avis:
- Comment auriez-vous réagi à la place de madame, si vous n'aviez pas connu tous les détails?
- De manière générale, comment envisagez-vous les rapports entre usagers de la voie publique?
- Comment réagiriez-vous si vous vous étiez trouvé à la place du conducteur?