Oui je souffre. Atrocement. Je ne sais pas si je vous en avais déjà parlé auparavant mais je n’aime pas tellement les lundis. En fait je me rends compte que je suis malade. Bêtement. Si. J’ai le trouble dysphorique du lundi matin. Le TDLM pour les connoisseurs ès lundi.  J’ai lu tout ça sur cet excellent site ici. Excellent d’abord parce que fan d’acronyme tout comme moi, il a su également décrire tous les symptômes que je subis le lundi. Matin notamment.

1. manque d’énergie [c’est carrément flagrant]
2. sentiment de lourdeur [oui je suis relou, effectivement]
3. irritabilité [QUOI ?! KESKYA ?! TU CHERCHES LA MARAVE LA ?!]
4. difficulté à se concentrer [je vous avais déjà dis que je n’aimais pas tellement les lundis ?]
5. repli social [demain j’arrête de parler aux gens et d’écrire dans ce blogue]
6. anxiété ou tension [Naaaaan mais cette journée ne va jamais terminer. Jamais ! Hein ?]
7. baillements répétés [147 pour l’instant … Est-ce de la répétition vraiment ?]
8. ptosis bilatéral [plait-il ?]
9. céphalées frontales ou bitemporales [oui]
10. douleurs abdominales erratiques [j’ai des abdos en acier trempé alors ça va]
11. éruption urticarienne de topographie variable [ah non tout va bien là ma topographie urticarienne ne varie pas car inexistante]