Un blog qui intègre des notions de sociologie et de psychologie sociale (mais rarement)
articles
réactions

- - 29.08.2008 | 5 réactions | #link | rss
Oui c’est comme ça. Vous m’agacez. Fortement. Vous m’horripilez. Vous m’irritez. Vous me crispez (comme le riz soufflé que quand on le met dans du lait ça fait du bruit) et enfin vous m’exaspérez aussi un peu. Non mais c’est vrai.

Je m’explique.

Pour cet article, j’ai simulé une petite annonce classée à caractère subversif pour me moquer du chef de l’armée de la suisse (que je n’aime pas pour plusieurs raisons et pas uniquement parce qu’il est militaire, mais ça pourrait suffire en fait (bref  (comment ça c’est n’importe quoi ces parenthèses imbriquées ? (bon d’accord je cesse)))). Donc j’ai adopté le même style utilisé pour les petites annonces complètement indéchiffrable sauf pour les mutants et Jacques Tits.

Notamment en y indiquant : ccbf.

Et là personne, je dis bien personne, ne m’a demandé ce que ça voulait dire. Ou alors c’est tellement évident  que j’ai dû passer dans un monde parallèle dans lequel tous le monde lit dans mon esprit. Et dans ce cas, je suis désolé, mais oui, j’adore la chanson Oh! de Micky Green, que je chante en boucle dans ma tête depuis que je me suis levé mais c’est plus fort que moi et je l’avoue. C’est comme ça.

Bon vous m’énervez mais je vous aime bien quand même. Mais que cela ne se reproduise plus. Et du coup j’ai changé mon sous-titre (bon ça n’a rien à voir mais c’est comme ça).  Et puis j’en profite aussi pour vous souhaiter un bon week-end (et il parait que c’est le dernier week-end de beau de l’été qu’on n’a pas eu)
- - 13.07.2007 | 2 réactions | #link | rss

Bon je ne sais pas si vous vous souvenez de mon dernier vendredi 13 mais il s’était plutôt mal passé. Et comme j’ai tendance a être un peu paraskevidékatriaphobique*, j’ai donc décidé de m’enchaîner au radiateur avec comme seule activité cocher des grilles de loto et taper cet article (rassurez-vous je ne le tape pas trop fort).

Et si quelqu’un devait sonner à la porte je ne pourrais pas regarder dans le judas**. Je ne saurais donc pas si c’est quelques démarcheurs qui tentent de me vendre une bible** ou une reproduction de la Cène** sur carte postale véritable. Ou encore Jason Voorhees** qui voudrait me vendre des séjours de vacances au camp de Crystal Lake**. Je ne bougerais pas. C’est comme ça. Heureusement que c’est le dernier cette année.

* j’aimerais bien placer ce mot dans une conversation mais chaque fois que je tente de le dire je me plante. C’est pas mal agaçant

** On en trouve des trucs sur les vendredis 13 hein ?

- - 01.06.2007 | 9 réactions | #link | rss
C’est non seulement le jour du poisson à la cantine (enfin pour ceusses qui vont à la cantine) mais c’est aussi le dernier jour de travail, en ce qui me concerne, avant un week-end bien mérité. J’avais donc pris l’habitude dans mon ancien blogue de mettre ce jour-là, le gag le plus lamentable possible, une historiette genre carambaro-plat, le tout dans une orthographe qui ferait se retourner dans sa tombe Maître Capello (enfin cela si effectivement il était bel et bien décédé ce qui n’est pas le cas. En fait). Ceci dans le but de rendre ma blague encore plus lamentable et de me moquer de ces malappris qui justement abusent de cette écriture fort peu orthodoxe. Quelques exemples ici ou .

Comme je suis récemment arrivé sur monblog.ch, j’ai donc lu attentivement les conditions générales d’utilisation (appelées les CGU également) et si je me réfère au point 5 de ces dernières, il est explicitement indiqué que les articles ne doivent pas être rédigé en langage SMS.

Ma blague du jour sera donc transcrite dans le plus pur français existant et avec une orthographe parfaite (je l’espère, parce que des fois quand je me relis, j’ai un peu honte).

Je ne vous cache pas qu’il va vous falloir un peu d’imagination sur ce coup-là hein, mais vous, lecteurs fidèles, vous savez et je ne doute plus un instant de vos dispositions. Voici :

Ce sont des steaks hachés. Au nombre de trois (c’est très important parce que s’ils sont moins ça ne fonctionne pas, vous verrez). Bref. Donc ils sont allé faire du shopping en ville et alors qu’ils se trouvaient dans le supermarché du condiment pour viandes et grillades, l’un des steak, se prénommant Bif, se retrouve soudainement tout seul au rayon assaisonnements pour volaille. Ce dernier, légèrement tourmenté, recherche ses congénères désespérément (ça me fait penser qu’un autre des steak se prénomme Suzanne) parmi les étalages du magasin. Subitement ses amis steaks surgissent, en hurlant, de derrière un énorme tas de boîtes de piments doux du jura bernois. Le steak indigné et choqué leur demande « Mais enfin où donc étiez-vous ?! Vous m’avez fait atrocement peur, bande de fifrelins » et ses camarades de lui rétorquer « Bin, on s’était caché ».
FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch
Wiiiz Mr. Green Click! Miaw! Add to Technorati Favorites